Instantané de recherche : Échelle de l’anxiété liée à la COVID-19 : un outil de dépistage en cinq items

Ce qu’il faut savoir  

  • La Coronavirus Anxiety Scale ou CAS (échelle de l’anxiété liée à la COVID-19) est un outil sommaire qui peut être utile aux professionnels de la santé et aux chercheurs pour dépister de manière fiable l’anxiété dysfonctionnelle liée à la COVID-19 et évaluer la gravité des symptômes.
  • Des scores élevés sur l’échelle traduisent un test positif à la COVID-19, une déficience fonctionnelle, la consommation d’alcool et de substances psychoactives pour pallier l’anxiété, des stratégies d’adaptation religieuse négatives, un désespoir extrême, des idées suicidaires ainsi que des attitudes négatives envers le président Trump et les produits chinois.
  • Comme la CAS a été conçue aux États-Unis au début de la pandémie, il conviendrait de mener des études plus approfondies pour s’assurer qu’elle tient compte de tous les effets psychologiques de la pandémie de COVID-19.
  • Trouve cet outil en anglais et dans d’autres langues.

 

Le présent Instantané de recherche se fonde sur l’article intitulé « Coronavirus Anxiety Scale: A brief mental health screener for COVID-19 related anxiety », qui a été publié en 2020 dans la revue savante Death Studies. Lisez-le ci-dessous ou téléchargez le PDF.

Les Instantanés de recherche sont des résumés brefs et clairs d'articles de recherche, présentés dans un format convivial.

En quoi consiste la recherche ? 

De nombreuses mesures de santé publique ont été prises pour endiguer la propagation de la COVID-19 et faire baisser le nombre sans cesse croissant de décès dus à la maladie. Dans le monde entier, de telles mesures ont rapidement perturbé et même bouleversé les comportements et la vie quotidienne.

D’après des recherches sur le bien-être psychologique menées lors de précédentes épidémies de maladies infectieuses, il existe des liens manifestes entre l’anxiété causée par une pandémie et de forts symptômes de peur et de stress, des inquiétudes concernant la santé ou la contamination, des troubles de stress post-traumatique et des tendances suicidaires. Cette étude avait pour objet d’élaborer et évaluer un outil de dépistage succinct pour répondre aux besoins en matière de santé mentale engendrés par la COVID-19.

Qu’ont fait les chercheurs ? 

L’auteur a recueilli les données d’un sondage en ligne auquel avaient répondu 775 adultes du 11 au 13 mars 2020 aux États-Unis. Au cours des deux semaines précédentes, il fallait que les répondants aient passé au moins une heure à réfléchir à la COVID-19 et à suivre les médias pour s’informer sur cette maladie, ce qui avait suscité chez eux beaucoup d’anxiété, de peur ou d’inquiétudes. On demandait aux répondants de donner les informations suivantes :

  • Renseignements généraux – données démographiques, diagnostic de COVID-19 et antécédents d’anxiété
  • Question sur la validité – utilisée pour écarter les répondants susceptibles de compromettre l’intégrité des résultats de l’étude
  • Attitudes sociales – échelle en cinq points sur la satisfaction des répondants quant à la façon dont le président Trump gère la crise sanitaire, sur la probabilité qu’ils achètent des denrées alimentaires et autres produits chinois, et sur celle qu’ils modifient leurs projets à cause de la COVID-19 (p.ex., voyages, vacances et magasinage)
  • Effets psychologiques – échelle de cotation en cinq points (allant de « Pas du tout » à « Presque tous les jours au cours des deux dernières semaines ») sur la fréquence à laquelle les répondants ont ressenti les effets psychologiques de l’éclosion de COVID-19, dont sentiment d’extrême désespoir ou pensées suicidaires
  • Défense inadaptée – échelle en cinq points sur la fréquence à laquelle les répondants ont adopté un mécanisme de défense inadapté face à la COVID-19, dont stratégie d’adaptation religieuse négative ou consommation excessive d’alcool et de substances psychoactives.
  • Déficience fonctionnelle – échelle de gravité en neuf points sur le niveau de déficience fonctionnelle dont ont pâti les répondants en raison de leur peur ou de leur anxiété face à la COVID-19 

Le chercheur a sélectionné 20 items potentiels en se fondant sur la documentation traitant de la psychologie de la peur et de l’anxiété. Chaque item était coté sur une échelle de cinq points pour refléter au cours des deux semaines précédentes la fréquence du symptôme, qui allait de 0 (Jamais) à 4 (Presque tous les jours). Parmi les items sélectionnés, on citera les suivants :

  • Cognitifs – pensées répétitives, inquiétude, distorsions dans l’interprétation de l’information, rêves et formation de projets
  • Comportementaux – activités contre-productives, évitement et comportements compulsifs
  • Émotionnels – peur, anxiété et colère 
  • Physiologiques – troubles du sommeil, symptômes somatiques entraînant une détresse, immobilisation tonique (c.-à-d., inhibition motrice) et dimensions anxieuses face à la COVID-19 

Qu’ont trouvé les chercheurs ?

La version finale de la CAS comprenait les cinq items suivants :

  • Étourdissements – symptôme très important des crises de panique et un symptôme associé au trouble d’anxiété généralisée 
  • Troubles du sommeil – symptôme courant du trouble d’anxiété généralisée et du trouble de stress post-traumatique
  • Immobilité tonique (c.-à-d., inhibition motrice) – réaction involontaire à une peur intense et à un sentiment d’inéluctabilité, qui se produit généralement quand quelqu’un vit une situation très traumatisante 
  • Perte d’appétit – symptomatique du trouble dépressif majeur, accompagne souvent le trouble panique 
  • Nausée ou douleurs abdominales – changement dans l’activité intestinale lié à une réaction de peur, principaux symptômes des crises de panique qui sont liés à un trouble d’anxiété généralisée 

D’après les résultats de cette étude, on estime que le pouvoir discriminant de la CAS est adéquat et son exactitude diagnostique rigoureuse, ce qui laisse penser qu’elle constitue un bon outil d’évaluation de la santé mentale. De plus, les scores étaient très étroitement liés à une déficience fonctionnelle, à la consommation d’alcool et de substances psychoactives pour pallier l’anxiété, à des stratégies d’adaptation religieuse négatives, à un désespoir extrême et à des idées suicidaires, démontrant ainsi des perturbations cliniquement significatives à imputer à la peur et à l’anxiété causées par la COVID-19. 

Comment pouvez-vous tirer parti de cette recherche ?

La CAS est le premier outil de dépistage de l’anxiété liée à la COVID-19 qui est publié. Elle a été testée avec succès auprès d’un vaste échantillon d’adultes, dont un échantillon important de personnes qui ont contracté la maladie. Pendant la pandémie de COVID-19, des outils d’évaluation de la santé mentale comme la CAS peuvent être utiles pour cerner les personnes ayant besoin de services de santé mentale et leur dispenser les soins voulus avant qu’elles ne submergent les unités d’urgence. 

Qui sont les chercheurs ?

M. Sherman A. Lee est professeur agrégé au Département de psychologie de l’Université Christopher Newport, en Virginie (États-Unis).

Mots-clés   

COVID-19; coronavirus; santé mentale; anxiété; outil d’évaluation

Le présent Instantané de recherche se fonde sur l’article intitulé « Coronavirus Anxiety Scale: A brief mental health screener for COVID-19 related anxiety », qui a été publié en 2020 dans la revue savante Death Studies.