Instantané de recherche: Incidence de la solitude et de l’isolement social sur la santé mentale des enfants et des adolescents

Ce qu’il faut savoir  

À l’échelle mondiale, les gouvernements ont adopté de nombreuses mesures pour réduire la propagation du nouveau coronavirus (COVID-19). Des études préalables ont démontré que l’isolement social a généralement des effets négatifs sur la santé mentale des adultes. Les chercheurs ont mené une analyse rapide des études pour déterminer les effets de l’isolement sur les enfants et les adolescents. Ils ont constaté que la solitude et l’isolement social augmentaient les risques de dépression et, peut-être, d’anxiété. Pareil effet était manifeste durant la période de l’étude, ainsi que de trois mois à neuf ans plus tard. La durée de la solitude était plus fortement liée aux symptômes de santé mentale que ne l’était l’intensité de la solitude.

 

Ce e Instantané de recherche est un compte-rendu de l’article intitulé « The Impact of Social Isolation and Loneliness on the Mental Health of Children and Adolescents in the Context of COVID-19, paru dans le Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry », publié en 2020 dans la revue Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry. Lisez-le ci-dessous ou téléchargez le PDF.

Les Instantanés de recherche sont des résumés brefs et clairs d'articles de recherche, présentés dans un format convivial.

En quoi consiste la recherche ? 

À l’échelle mondiale, les gouvernements ont adopté de nombreuses mesures pour réduire la propagation du nouveau coronavirus (COVID-19). Ces mesures comportent la fermeture des écoles, la distanciation physique et le confinement à la maison, sauf pour des motifs essentiels.

Des études préalables ont démontré que la quarantaine a généralement des effets négatifs sur la santé mentale des adultes, comme la confusion, la colère et la détresse post-traumatique. Parmi les facteurs qui augmentent les risques de santé mentale négative, citons la durée de la quarantaine, la peur de l’infection, l’ennui, la frustration, le manque de provisions, le manque d’information, les pertes financières et la stigmatisation. 

Pour comprendre les effets de l’isolement sur la santé mentale des enfants et des adolescents, les chercheurs ont mené une analyse rapide.

Qu’ont fait les chercheurs ? 

Des chercheurs du Royaume-Uni ont effectué une étude rapide en appliquant diverses mesures afin de réduire le délai nécessaire pour obtenir des données (trois semaines). Ces mesures comprenaient la limitation des critères de recherche, l’accélération de l’extraction des données et l’utilisation de méthodes de synthèse narrative.

Ils ont examiné des études évaluées par des pairs, publiées entre 1946 et avril 2020 qui répondaient aux caractéristiques suivantes:

  • rendre compte de la recherche fondamentale;
  • englober principalement des enfants et des adolescents de moins de 21 ans;
  • avoir été publiées en anglais;
  • comprendre des participants qui ont connu la solitude ou un isolement social;
  • avoir évalué la dépression, l’anxiété, les traumatismes, les troubles obsessifs-compulsifs, la santé mentale ou le bien-être mental.

Qu’ont trouvé les chercheurs ?

Les auteurs de l’analyse ont analysé 83 articles (80 études). L’une d’elles était une étude rétrospective effectuée à la suite d’une pandémie (H1N1, SRAS et grippe aviaire). Deux autres avaient évalué les interventions.

Les études présentaient des risques élevés de biais, même si les 18 études longitudinales utilisaient des méthodes de qualité supérieure (avec contre-vérifications des variables au cours d’une certaine période).

Les auteurs de l’analyse ont constaté que la solitude et l’isolement social augmentaient les risques de dépression et pouvaient entraîner un accroissement des risques d’anxiété. Ils ont observé un tel effet durant la période de l’étude en cause, ainsi que trois mois à neuf ans plus tard. La durée de la solitude était plus fortement liée aux symptômes de santé mentale que ne l’était l’intensité de la solitude.

Comment pouvez-vous tirer parti de cette recherche ?

La présente recherche peut être utile pour éclairer les décideurs des politiques en matière de soins de santé et de santé publique lorsqu’ils élaborent des mesures visant à empêcher la propagation de la COVID-19.

Quelles sont les limites de cette recherche ?

La principale limite de analyse est le manque d’études de qualité se penchant sur les problèmes de santé mentale survenus après un isolement obligatoire. Le peu de temps dont disposaient les chercheurs pour effectuer leur analyse (trois semaines) constituait certes une autre limite.

Qui sont les chercheurs ?

Maria Elizabeth Loades,1 Eleanor Chatburn,1 Nina Higson-Sweeney,1 Shirley Reynolds,2 Roz Shafran,3 Amberly Brigden,4 Catherine Linney,4 Megan Niamh McManus,5 Catherine Borwick,1 Esther Crawley4

  1. University of Bath, Claverton Down, Royaume-Uni
  2. School of Psychology and Clinical Language Sciences, University of Reading, Royaume-Uni
  3. UCL Great Ormond Street Institute of Child Health, Londres, Royaume-Uni
  4. University of Bristol, Royaume-Uni
  5. University of Edinburgh, Royaume-Uni

Mots-clés   

COVID-19, coronavirus, pandémie, solitude, isolement, santé mentale, dépression, anxiété, santé publique, contrôle des infections

Ce Instantané de recherche est un compte-rendu de l’article intitulé « The Impact of Social Isolation and Loneliness on the Mental Health of Children and Adolescents in the Context of COVID-19, paru dans le Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry », publié en 2020 dans la revue Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry. https://dx.doi.org/10.1016%2Fj.jaac.2020.05.00. Il a été rédigé par Rossana Coriandoli.