Instantané de recherche : Les individus ayant des antécédents de surdose sont davantage exposées aux formes graves de la COVID-19

Ce qu’il faut savoir  

Des chercheurs canadiens ont analysé des données provinciales pour examiner la prévalence des facteurs de risque connus de mortalité due à la COVID-19 chez les personnes ayant fait une surdose non mortelle entre 2015 et 2017 par rapport à celles qui n’avaient pas fait de surdose. Ils ont étudié les données de la Provincial Overdose Cohort (cohorte provinciale des victimes de surdoses) de janvier 2015 à décembre 2017. Ils ont constaté que les personnes qui avaient fait une surdose non mortelle étaient plus ’nombreuses à avoir trois des quatre problèmes de santé connus pour augmenter la probabilité de développer une forme grave de la COVID-19, soit la maladie pulmonaire chronique, le diabète et la coronaropathie.

 

Ce Instantané de recherche est un compte-rendu de l’article intitulé « Overdose and risk factors for coronavirus disease 2019 », publié en 2020 dans la revue International Drug and Alcohol Dependence. Il a été rédigé par Rossana Coriandoli.. Lisez-le ci-dessous ou téléchargez le PDF.

Les Instantanés de recherche sont des résumés brefs et clairs d'articles de recherche, présentés dans un format convivial.

En quoi consiste la recherche ? 

Durant l’année écoulée, la Colombie‑Britannique a déployé d’importants efforts pour lutter contre deux états d’urgence en santé publique : la pandémie de la nouvelle maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et les surdoses de drogues.

Des chercheurs canadiens ont analysé les données de la province pour examiner la prévalence des facteurs de risque connus de mortalité due à la COVID-19 chez les personnes ayant fait une surdose non mortelle entre 2015 et 2017 par rapport à celles qui n’en avaient pas fait.

Qu’ont fait les chercheurs ? 

Les chercheurs ont analysé les données anonymisées de la Provincial Overdose Cohort (cohorte provinciale des victimes de surdose) de janvier 2015 à décembre 2017, laquelle contient aussi les données d’un échantillon aléatoire de 20 % des résidents de la province. Les chercheurs ont appliqué des méthodes statistiques pour comparer les facteurs de risques en fonction des antécédents de surdose.

Qu’ont trouvé les chercheurs ?

L’analyse portait sur 1 041 536 personnes, et 19 005 avaient fait une ou plusieurs surdoses non mortelles entre 2015 et 2017. Parmi ces dernières, un peu plus de la moitié avait bénéficié de l’aide sociale et, dans ce dernier groupe, 50 % n’avaient pas ’de domicile fixe. Parmi les personnes ayant fait une surdose non mortelle, il y avait une proportion plus élevée d’hommes et de personnes ’de plus de 50 ans que parmi les personnes n’en ayant pas fait.

Les chercheurs ont constaté que les personnes qui avaient fait une surdose non mortelle étaient plus 'nombreuses à avoir trois des quatre problèmes de santé connus pour augmenter la probabilité de développer une forme grave de la COVID-19, et la différence était statistiquement significative, même avec la prise en compte de l’âge et du sexe. Ces trois affections sont la maladie pulmonaire chronique, le diabète et la coronaropathie. De plus, les personnes qui avaient fait une surdose non mortelle étaient plus nombreuses à avoir plusieurs maladies chroniques.'

D’après les chercheurs, la présence accrue de facteurs de risque liés à des pathologies existantes reflète les inégalités sociales et sanitaires que connaissent les personnes ayant des antécédents de surdose.

Comment pouvez-vous tirer parti de cette recherche ?

La présente étude devrait être utile aux décideurs et aux planificateurs de programmes qui cherchent des moyens de réduire les coûts associés aux formes graves de la COVID-19.

Quelles sont les limites de cette recherche ?

Il est probable que les cas de surdose et les maladies chroniques sont sous-estimés en raison des limites des données médico-administratives. 

Qui sont les chercheurs ?

Amanda K. Slaunwhite,1,2 Wen Qi Gan,1 Chloe Xavier,1 Bin Zhao,1 Jane A. Buxton,1,2 Roshni Desai3

  1. BC Centre for Disease Control, Vancouver
  2. School of Population and Public Health, Université de la Colombie-Britannique, Vancouver
  3. First Nations Health Authority, Vancouver

Mots-clés   

Dépendance, consommation de substances, surdose, maladies chroniques, équité, inégalités, maladie pulmonaire chronique, diabète, coronaropathie

 

Ce Instantané de recherche est un compte-rendu de l’article intitulé « Overdose and risk factors for coronavirus disease 2019 », publié en 2020 dans la revue International Drug and Alcohol Dependence. https://doi.org/10.1016/j.drugalcdep.2020.108047. Il a été rédigé par Rossana Coriandoli.