Recherche en bref : Solutions pour les femmes souffrant de dépendance durant COVID-19

Solutions de santé numérique pour les femmes souffrant de dépendance durant la pandémie de COVID-19 : une perspective sensible aux traumatismes et au sexe/genre

En bref

L’équipe de recherche a mené un examen de portée (scoping review) sur les études consacrées aux ressources de santé numériques pour les adultes ayant des problèmes de dépendance et s’identifiant comme femmes ou révélant des antécédents de traumatisme. L’équipe a ensuite évalué les ressources de santé numérique accessibles au Canada en fonction de la prise en compte du sexe/genre et des traumatismes. L’examen ainsi effectué a révélé que le nombre d’études menées au Canada sur ces ressources était limité et que peu d’entre elles évaluaient la prise en compte du genre et des traumatismes; les preuves d’efficacité étaient donc indirectes. Les chercheurs ont cependant découvert que beaucoup de ressources étaient accessibles au Canada, et le mode d’évaluation employé a révélé que la plupart d’entre elles intégraient une certaine prise en compte du genre et des traumatismes, bien que des lacunes importantes aient été constatées.

 

Cette Recherche en bref présente un résumé du projet intitulé « Solutions de santé numérique pour les femmes souffrant de dépendance durant la pandémie de COVID-19 : une perspective sensible aux traumatismes et au sexe/genre », projet financé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Les publications intitulées Recherche en bref sont des résumés succincts d’articles de recherche, présentés en langage clair, dans un format convivial.

Objet de la recherche

Avant même le début de la pandémie de COVID‑19, des recherches avaient montré que la consommation de substances et les méfaits associés étaient en augmentation chez les femmes. Un autre sujet de préoccupation est que se heurtant à un certain nombre d’obstacles psychologiques et pratiques pour obtenir des soins, les femmes se retrouvent sous-représentées dans les établissements de traitement. Or, les orientations en matière de pratiques exemplaires précisent qu’il est important que les soins intègrent la prise en compte du sexe/genre ainsi que des traumatismes.

En raison de la pandémie, les établissements cliniques qui dispensent des traitements de la dépendance aux substances psychoactives se tournent de plus en plus vers les ressources de santé numériques, telles que les applications et les outils en ligne. Toutefois, la plupart de ces établissements n’ont pas encore intégré ces ressources de manière à fournir aux femmes des soins qui prennent en compte leur appartenance sexuelle/de genre et les traumatismes qu’elles ont vécus.

C’est la raison pour laquelle l’équipe de recherche a entrepris de recenser les solutions numériques existantes pour le traitement de la dépendance des femmes, de déterminer leurs caractéristiques cliniques et de recenser les recherches menées à l’appui de leur utilisation.

Méthode

Tout d’abord, les chercheurs ont procédé à un examen de portée afin d’évaluer l’efficacité des ressources de santé numériques pour les adultes ayant des problèmes de dépendance et s’identifiant comme femmes ou révélant des antécédents de traumatisme.

Ils ont ensuite recensé les ressources de santé numériques offertes au Canada pour traiter la consommation problématique de substances. Une fois cette tâche accomplie, ils ont élaboré une série de questions pour évaluer chacune des ressources qu’ils avaient trouvées, en fonction de son degré d’intégration des principes de soins tenant compte du sexe/genre et des traumatismes :

Principes de soins tenant compte du sexe/genre

  1. Prise en compte des différences de rôles, responsabilités et besoins en fonction du sexe/genre
  2. Reconnaissance de la fluidité du genre
  3. Incorporation de l’intersectionnalité
  4. Remise en question des déséquilibres de pouvoir dans les relations entre les genres et des stéréotypes de genre à caractère négatif
  5. Inclusion d’informations et de démarches sexospécifiques
  6. Accent mis sur l’autonomisation
  7. Priorité donnée à l’amélioration de l’équité entre les sexes

Principes de soins tenant compte des traumatismes 

  1. Prise en compte de l’importance des traumatismes
  2. Sécurité et fiabilité
  3. Accent mis sur la collaboration, la liberté de choix et le contrôle exercé par le sujet
  4. Soins fondés sur les points forts et le renforcement des compétences en vue de l’autonomisation
  5. Prise en compte des problématiques culturelles, historiques et de sexe/genre

Conclusions de la recherche

Les chercheurs ont constaté que la majorité des interventions numériques pour la consommation problématique de substances qui ont été étudiées ont été jugées efficaces ou avantageuses. La plupart des études n’ayant pas pris en compte le facteur sexe/genre, elles ne font pas mention de l’efficacité des interventions chez les personnes s’identifiant comme femmes. Peu d’études ont fait état du nombre de participants ayant des antécédents de traumatisme ou des symptômes de stress post-traumatique.

L’équipe de recherche a recensé 23 ressources de santé numérique accessibles au Canada et susceptibles d’être évaluées pour les personnes qui font une consommation problématique de substances. La méthode de notation a révélé que nombre de ces ressources fournissaient des informations sexospécifiques ou « genrées » et qu’elles appuyaient l’autonomisation dans une certaine mesure. Cependant, la plupart des principes de soins tenant compte du sexe/genre étaient absents de ces ressources. Plus précisément, la plupart des ressources ne tenaient pas compte des différences entre les sexes/genres, ne reconnaissaient pas la fluidité de genre, n’intégraient pas l’intersectionnalité et ne mentionnaient pas l’équité de genre ou ne visaient pas à l’améliorer.

La méthode de notation a également révélé que la plupart de ces ressources appliquaient plusieurs principes de soins tenant compte des traumatismes : sécurité et fiabilité, accent mis sur la collaboration, la liberté de choix et le contrôle exercé par le sujet, et soins fondés sur les points forts et le renforcement des compétences en vue de l’autonomisation. En revanche, d’autres principes de soins tenant compte des traumatismes étaient moins évidents, et il convient de souligner que la plupart des ressources ne tiennent pas compte des enjeux liés à la culture, à l’histoire et au sexe/genre.

Applications possibles

Les professionnels spécialisés dans le traitement de la dépendance pourraient s’appuyer sur cette recherche pour sélectionner les ressources de santé numérique qui pourraient être utiles à leurs clients et pour établir la mesure dans laquelle les applications et outils en ligne destinés à traiter les problèmes de dépendance peuvent être considérés comme tenant compte du sexe/genre et des traumatismes. Il faudra faire d’autres recherches pour évaluer l’efficacité des ressources de santé numérique offertes au Canada aux femmes qui font une consommation problématique de substances. En conclusion, les chercheurs recommandent que soient créées de nouvelles solutions numériques innovantes en matière de santé qui intègrent les principes de soins tenant compte du sexe et des traumatismes qui sont absents des ressources existantes.

Mots-clés

Santé numérique, femmes, consommation de substances, dépendance, sexe/genre, traumatisme

 

Cette Recherche en bref présente un aperçu du projet de recherche intitulé « Solutions de santé numérique pour les femmes souffrant de dépendance durant la pandémie de COVID 19 : une perspective sensible aux traumatismes et au sexe/genre », un projet financé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Les conclusions sont en cours de finalisation pour être soumises à une revue à comité de lecture. Renseignements à jour sur le projet (en anglais seulement). 

Jean Tweed Centre logoCAMH logoCentre for Innovation in Peer Support at Support HouseAddictions and Mental Health Ontario logoCIHR logo